Comment bien choisir un melon

Aujourd’hui, la plupart des melons charentais « jaunes », que l’on trouve dans le commerce possèdent un taux de sucre garanti par le producteur, et vérifié. Il est établi à 10% minimum pour le type charentais. Il est testé à chaque récolte sur soit un échantillon représentatif soit l’ensemble des fruits.

Donc il n’y a aucun risque de se tromper lors du choix d’un melon de nos régions. Pour repérer le meilleur stade de maturité, quelques indices peuvent vous aider :

Le melon voit sa densité augmenter tout au long de sa maturation, ainsi : plus il est mûr, plus son poids augmente !

Le melon charentais a un pédoncule « déhiscent ». C’est-à-dire qui se décolle à maturité. Il est donc préférable de choisir son melon lorsqu’il présente une cicatrice au niveau de son pédoncule aussi appelé « pécou ».

Par ailleurs, lorsqu’il est mûr, le melon charentais dégage un parfum typique. Ainsi, le meilleur moyen de choisir un melon est encore de le sentir : plus il est mûr, plus ses parfums se dégagent !

Petit conseil complémentaire : faites attention au touché ! Un bon melon a une écorce souple sous une faible pression des doigts !

Stop aux idées reçues !

On a l’habitude d’entendre que les melons « femelles » seraient  plus parfumés que les melons  « mâles »
C’est faux car aujourd’hui, les melons sont issus de variétés hybrides donc asexuées (si vous plantez une graine de melon, vous avez peu de chance d’avoir… des fruits !).

Sur une de ces faces, le melon présente une tâche.
Celle-ci n’est pas un défaut. Elle correspond à la face qui était au contact de la terre dans la melonnière. Elle fait partie de l’histoire du produit et n’enlève en rien les qualités gustatives et olfactives du melon.

Un melon fendu est interdit à la vente, bien que cela signifie le plus souvent que son taux de sucre est très élevé…
En effet, un taux de sucre important peut faire éclater le fruit, mais ce n’est pas la seule raison. Il se peut aussi que de fortes précipitations fassent gonfler le fruit trop soudainement, l’écorce n’a alors pas le temps de se développer, elle se fend puis éclate.


Bien choisir son melon

Retour en haut de page